samedi 24 novembre 2012

Que Viva Calexico



Vendredi 23 novembre à Massy Salle Paul B, rue de Québec était programmé l'excellent groupe américain Calexico de passage dans le cadre de la tournée européenne faisant suite à la sortie de son magnifique dernier opus Algiers.

A 20 heures 15 Mumu et moi pénétrons dans le centre culturel, connu pour son excellentre programmation musicale. La salle où va se dérouler le concert est toute petite, ce qui nous promet un spectacle intimiste. Nous installons tout contre la scène en son milieu, la meilleure sans aucun doute. C'est d'ailleurs étonnant mais les premiers arrivés sans doute par souci de confort préfère s'installer au balcon et dominer la scène. 
21 heures arrivée sur scène du groupe américain Blind Pilot, originaire de Portland Orégon, ville qui est peut être entrain de devenir la capitole du rock américain. Composé d'Israel Nebeker, vocaux et guitare,acoustique, Ryan Dobrowski aux drums et percussion, tous deux fondateurs du groupe de Luke Ydstie à la contrebasse et backing vocals et de Kati Claborn , banjo, mountain dulcimer, ukulele, backing vocals. Ils vont nous délivrér une très agréable set d'ouverture au cours duquel ils vont interpréter une dizaine de titres issus des deux albums publiés à ce jour,3 Rounds and a Sound 2009)et We Are the Tide (2011). 
Leur prestation a été unanimement apprécié car leur musique indie folk est tràs agréable à l'oreille, les compositions sont solides, et la voix du chantoir tout particulièrement mélodieuse.
En ce qui me concerne une belle découverte.

Une demi-heure pour effectuer les changements de matériels et les sept musiciens de calexico entre entre scène.
Joey Burns s'intalle au milieu de la scène à sa gauche John Convertino.
En ouverture nous avons droit à Epic, premier titre d'Algiers, suivront ensuite des morceaux tirés d'Algiers (Splitter, Fortune, Teller, Para, Maybe On Monday...) et des compositions plus anciennes (Minas de Cobra,Inspiracion....),chantées en américain ou en espagnol.
L'assistance apprécie ce show très intime et sous l’impulsion des deux membres fondateurs le groupe se donne à fond, les cuivres étincellent.

                                      
Para - Official Video

Une heure trente plus tard les musiciens quittent la scène sous une ovation générale.
Quelques minutes se passent,le public en redemande.
Premier rappel. Joey Burns ramène revient accompagné des membres de Blind Pilot et nous avons droit à une interprétation commune, d'une chanson de Gillian Welch, chanteuse country ,"Look At Miss Ohio".
Viendront ensuite quatre autres titres dont le dernier pour terminer cette très belle sera "The Vanishing Mind",qui referme Algiers.

Merci à Joey Burns,John Convertino,Jacob Valenzuela,Martin Wenk, Sergio Mendoza,
Jairo Zavala et Volker Zander.


Calexico et Blind Pilot, à Madrid le 9 novembre 2012, interpretant lors du rappel "Look at Miss Ohio"

mercredi 14 novembre 2012

Blues sur Seine

Ayant eu l'occasion l'année dernière de découvrir qu'à proximité de mon domicile se déroulait un festival de blues, musique que j'affectionne tout particulièrement, j'avais pu assister à Epone, petite commune des Yvelines à un excellent concert de Thornbjorn Risager, bluesman venant du nord de l'Europe, peu connu dans l'hexagone, que je vous engage vivement à écouter. Je n'ai eu aucun mal à convaincre Mumu, présente lors du concert de Risager, et grande amatrice de musique américaine de m'accompagner pour assister à quelques unes de manifestations organisées dans le cadre du festival 2012.

Le Vendredi  9 novembre 2012, nous nous sommes donc rendus à Carrières-sous-Poissy,à l'espace Louis Armand, pour le concert d'Otis Taylor dont la première partie était assurée par Liz Green.
A notre arrivée vers 20 heures 30 nous avons pu accéder rapidement à l'intérieur de la salle située en limite de commune, en bordure d'un "no man's land" la séparant de Chanteloup les Vignes, 
A 21 heurs 15, après une brève introduction du président de l'association Blues sur Seine annonçant l' ouverture du festival et présentant les deux artistes au programme de la soirée, Liz Green accompagnée de ses trois musiciens entre en scène. Ils vont nous délivrer pendant trois quart d'heure une musique très agréable, interprétant les titres de l'album "O Devotion". Originaire de Manchester, son folk acoustique est typiquement britannique. Au cours de son set, enjoué, elle est passée avec aisance de la guitare au piano.


Midnight Blues Paris Février 2012 au Point Éphémère

Merci à elle et ses accompagnateurs Sam Buckley à la contrebasse, Gus Fairbairn au saxophone et Phil Howley à la batterie.

Après une pause d'une vingtaine de minutes c'est au tour d'Otis Taylor & Contraband d'entrer en scène
Demandé depuis plusieurs années par les organisateurs voici enfin ce monument du blues actuel.
Natif de Chicago, mais élevé dans le Colorado, Otis Taylor délivre un blues parlant essentiellement des conditions de vie difficiles des afro-américans. Multiinstrumentiste, il est l'auteur à ce jour d'une douzaine d'albums de très bonne facture dont le dernier en date s'intitule Contraband.


Le show donné au cours de cette soirée, sera de très bonne qualité. Il interprétera  avec son groupe plusieurs titres de son dernier album "Contraband", une très belle version de Hey Joe, Ten Million Slaves, issue de la bande originale du film Public Ennemi et quelques autres pépites.
Accompagné de très bons musiciens, la très sexy et virtuose violoniste Anne Harris, le discret mais efficace Jon Paul Johnson à la la guitare, Todd Edmunds à la basse et de l'excellent batteur Larry Thompson, Otis a ravi l'assistance.



Le lendemain samedi 10 novembre, nouvelle soirée blues, cette fois à la salle Jacques Brel de Mantes la Ville pour une très belle affiche. Sont en effet prévus ce soir là, Sallie Ford & The Sound Outside, Malted Milk et Lucky Peterson featuring Tamara Peterson.
A notre arrivée sur place vers 18 heures 15 déjà beaucoup de monde.
L'ouverture de la salle se fera vers 19 heures 20 un peu plus tard que prévu pour des raisons techniques.
Comme hier soir nous sommes très bien placés, puisque nous sommes au premier rang, et nous permet d'être au plus près des musiciens..


La première partie de la soirée sera assurée par Sallie Ford & The Outside Sound, nouveau groupe originaire de Portland - Oregon, auteur à ce jour d'un très bon album de rock and roll "Dirty Radio". La musique est énergique, sans esbrouffe, la voix rocailleuse.



Sallie Ford "Cage"

L'intégralité des titres de l'album sera interprétée ainsi que deux nouvelles compositions Addicted et Party Kids, plus une reprise de Buddy Holly. Les trois musiciens qui l'accompagnent, Jeff Munger, à la guitare, Ford Tennis à la batterie et Tyler Tonfelt à la basse sont à l'image de Sallie. Encore un très agréable moment et un franc succès devant une salle bien remplie ne demandant qu'à danser.

Un entracte d'une demi-heure va permettre au groupe suivant, la formation française Malted Milk, originaire de Nantes de s'installer et aux sept musiciens qui la composent de prendre possession de la scène pour un show qui va durer une heure, à l'issue duquel ils auront su mettre l'ensemble du public dans leur poche.
Délivrant une musique funky, l'ensemble des musiciens se sont donnés à fond et ont ont fait le spectacle. Aucun temps mort, une véritable machine à danser et une partie du nombreux public présent ne demandait que cela.

Pour vous convaincre écoutez !




Malted Milk


Après cette très belle et convaincante prestation, nouvelle pause pour permettre le changement de matériel. Une demi heure s'est écoulée lorsque déboule sur scène un grand gaillard armé d'une guitare, Shawn Kellerman, l'homme qui tire plus vite que son ombre et nous assène un instrumental tonitruant, un vrai guitar hero. Il est rejoint ensuite par Raul Valdes à la batterie et timothy Waites à la basse. Tous trois vont pendant une dizaine de minutes préparer l'arrivée de la vedette de la soirée Lucky Peterson.
Lorsqu'il se présente celui-ci va directement s'asseoir derrière l'orgue Hammond situé sur la gauche de la scène  et c'est parti pour une heure trente d'un récital soul-blues.
Après quelques titres il quittera son siège et s'emperera d'une guitare Fender Stratoscaster, dont il s'est si bien faire usage. Il descendra alors de la scène pour faire le tour de la salle et se mêler au public pendant une bonne quinzaine de minutes.
Il sera il l'issue de cette déambulation rejoint par son épouse Tamara, qui assurera jusqu'à la fin du show les parties vocales.
Le show se terminera vers minuit trente sous les acclamations.
Nous avons toutefois regretté que Lucky n'ait pas tenu autant que nous l'aurions souhaité la guitare, et le fait aussi que Tamara se soit trop imposée sur le devant de la scène, "volant" un peu la vedette à son cher et tendre époux sans doute très amoureux.



Lucky & Tamara Peterson


Vendredi 17 novembre à Magnanville, salle du Colombier, nouvelle soirée blues toujours avec Mumu. Au programme un duo féminin française "Isaya" et un monument du blues Bill Homans a.k.a Watermelon Slim.
Vers 20 heures 15 ouverture de cette toute petite salle de 200 places, très intime. Comme d'habitude nous nous installons au premier rang, situé à environ deux mètres de la petite scène.
20 heures 30 entrée en scène d'Isaya constitué de Caroline et Jessica, deux soeurs jumelles qui pendant une heure vont nous offrir une musique très agréable à l'écoute, à base de folk accoustique. Au cours de leur set elles interpréterons les titres de leurs deux E.P.


 

Caroline et Jessica

Un bref entracte d'une vingtaine de minutes et place à Watermelon Slim artiste très abordable qui sans manière s'était mêle au public avant de débuter sa prestation scènique.
L'artiste plein d'humour s'assied sur une chaise toute simple, installe sa guitare à plat sur ses genoux, nous informe qu'il n'y aura de chorégraphie n'étant pas Justin Timberlake et attaque son premier morceau.
Après quelques blues acoustiques il se lève et s'empare d'un harmonica  pour nous interpréter quelques compositions de de Sonny Boy Willamson.
Il s'empare ensuite d'un kalimba, lamellophone ou piano à pouces africain originaire de la Haute Volta pour nous interpréter I'm a Rock de Paul Simon.
Il regagnera ensuite son siège pour reprendre sa guitare et nous offrir quelques autres magnifiques blues.
Il terminera par un blues a cappella très prenant.
Ses thèmes de prédilection abordés dans ses chansons sont la mort, les relations entre les personnes et la vie de chauffeur routier dont il a exercé pendant une trentaine d'annnée le métier.
Au cours de cette très belle soirée il a rendu hommage également à Howl'in' Wolf et Bonnie Raitt.


video

  Watermelon Slim - Salle du Colombier le 17 novembre 2012






A l'issue du concert Watermelon Slim a en toute simplicité dédicacé ses disques. J'ai en ce qui me concert acquis en souvenir le c..d. "Up Close & Personnal" son préféré.
Ce moment de musique sincère, restera une très bon souvenir et sans doute une des  meilleures prestations à laquelle j'ai assisté cette année dans le cadre de ce festival.

Samedi 17 novembre, 21 heures à la maison de voisinage de Gargenville-Elisabeth ville, cerise sur la gateau puisque nous avons droit à un concert gratuit de Jeff lang, artiste australien interprétant un répertoire, mélange de rock, de roots, de folk , de blues, de ballades. 
J'avais pris de soin de réserver deux places dès fin septembre car je savais qu'un concert de qualité nous attendait dans cette petite salle ne pouvant accueillir que quatre vingt personnes.
A 21 heures 15, arrivée de Jeff lang, que nous avions pu cotoyer quelques instant auparavant  dans la salle d'accueil..
Une fois de plus avec Mumu nous occupons deux sièges au premier rang face à la toute petite scène.
Jeff s'empare d'une guitare electrique Valco Reso Phonic, procéde au règlage de son matériel composé d'un très grand nombre de pédales d'effets et se positionne sur un stompin'bass  qui va lui permettre de s'accompagner rythmiquement tout au long de la soirée.

video

Dans la première partie du show électrique,il démontrera sa virtuositié,extraordinaire guitariste,et très bon chanteur-compsiteur, un régal. Il est seul sur scène mais cela sonne comme un vrai groupe. Fantastique. Une trentaine de minutes plus tard il passse à la guitare electroacoustique, made by David Churchill et c'est reparti pour une belle démonstration de dextérité et de feeling.
Cette seconde partie musicale sera senseiblement de la même durée que la précédente. La troisième partie mettra en évidence son talent mondialement reconnu de joueur de lap steel guitar. Celle qui utilisera est une fabrication du même luthier. Jeff Lang se montera encore impressionnant.
Le show terminée Jeff reviendra pour un encore durant lequel il interpretera deux autres pièces de sa composition dont London. 
Pour garder un souvenir de cette très belle soirée, l'achat d'un de ses disques s'imposait, ce sera Cedar Grove, un opus de très bonne facture, que l'artiste nous dédicacera.
Merci à Blues sur Seine de nous avons offert ce concert, qui nous a permis de découvrir en live ce musicien de talent, qui mériterait plus de reconnaissance dans l'hexagone.




mercredi 7 novembre 2012

KAMELOT - Paris le 4 novembre 2012

Dimanche 4 novembre 2012, 17 heures 45 , le temps est beau mais frais sur Paris. Déjà une bonne centaine de fans font la queue devant le Bataclan pour le concert de Kamelot, laissant présager une belle affluence pour assister à la prestation de ce bon groupe. Avec mon amie Mumu nous apportons notre modeste contribution au  renforcement de cette file d'attente.
18 heures 15 c'est enfin l'ouverture des portes.

A 18 heures 30 précise début des hostilités avec l'entrée sur scène du groupe canadien  "Blackguard". Le set sera assez court, moins de trente minutes, mais "pêchu". Ce groupe dont nous entendions parler pour la première fois et dont nous ignorions jusqu'à ce jour l'existence s'est donné totalement, notamment son chanteur Paul Zinay. Malgré l'énergie déployée , ce type de musique avec chant "growl" n'est pas spécialement ma tasse de thé. Les quatre autres membres du groupe méritent également d'être cités pour leur entrain "Roadcase" Deschenes (guitar)  Étienne Mailloux (bass guitar), Justine "Juice" Ethier (drums) et Louis Jacques (lead guitar)

Un quart d'heure d’entracte pour un changement de matériel et  permettre l'entrée en scène du groupe suivant un quatuor norvégien répondant au nom de "Triosphère". Composé d'Ida Haukland (vocals & bass), Marius Silver Bergesen (lead guitar),Orjan Aare Jorgensen (drums) et Tor Ole Byberg (rhythm guitar) cette formation ne nous a pas convaincu. Délivrant une musique assez monotone du fait de composition assez moyennes et d'une chanteuse sans grand charisme à la voix monocorde, cette formation ne nous a pas enthousiasmés et les trente minutes durant lequelles elle s'est produite ont été été un peu longue. Deux disques à leur actif à ce jour mais la route vers la gloire sera sans aucun doute encore longue.

Nouvelle pause légèrement plus longue avec cette fois-ci un peu de temps consacré à la balance des instruments car l'on ne pas dire que jusqu'à présent le son ait été extraordinaire, il aurait même plutôt eu tendance à être franchement mauvais.

La mise en place terminée arrive en place le groupe allemand Xandria, formation pratiquant un rock à tendance gothique. Composé de Manuela Kraller au chant, Marco Heubaum, guitare et habituellement claviers, mais ceux-ci ont été remplacés pour l’occasion par des bandes, sans doute faute de place, dommage,Philip Restemeier, guitare, Nils Middelhauve à la basse et Gerit Lamm aux drums ce groupe a déjà plusieurs albums au compteur. Le dernier en date Neverworld's End étant sorti cette année. 



Leur prestation durera environ 40 minutes au cours des desquelles seront interprétées six de leurs compositions : Valentine, Blood on my Hands, Euphoria, Forevermore ,The Lost Elysion et Ravenhart. Musique très proche de celle de Nightwish sans en atteindre les sommets. Un bon moment cependant en attendant Kamelot.




Kamelot au Bataclan  interprétant Karma

Il est environ 21 heures15 quand Kamelot entre en scène devant une salle malheureusement moyennement remplie. Il interprète d’entrée deux classiques du groupe « Rule the World » et « When the Lights are Down ». Le son est moyen la guitare de Thomas Youngblood peu audible, par un mauvais mix sans doute et une batterie trop puissante. Le son s’améliorera  heureusement pas la suite. Le nouveau chanteur Tommy Karevik est à la hauteur des attentes et assure parfaitement son rôle. Il n'est pas sans rappeler Roy Khan son prédécesesur.
Puis vient « The Great Pandemonium”  suivi d'un premier titre "Veritas" extrait du nouvel et excellent "Silverthorn" Le groupe enchaine ensuite "Center of the Universe"  et  "The Human Stain ". Le public apprécie.
Puis seul Casey Grillo reste sur scène pour nous gratifier d'un bon petit solo de batterie à l'issue duquel il est rejoint par ses accolytes pour l'agréable ballade tirée du dernier opus "Song For Jolee" dans laquelle excelle Tommy Karevik qui quelques instants plus tard fêtera son anniversaire sur scène bien qu'il soit né un 1er novembre.
Ensuite alternent nouveautés et classiques du groupe. En rappel deux titres phares "Karma" et "March of Mephisto"
Le show n'aura duré qu'un une heure trente, un peu court tout de même et c'est dommage. Merci toutefois aux membres de Kamelot, Thomas Youngblood, Casey Grillo, Olivier Palotai, Sean Tibbetts, et Tommy Karevik et à la choriste  Elize Ryd du groupe Amaranthe.


Pour conclure voici la set list : Rule the World - When the Lights are Down - The Great Pandemonium - Veritas - Center of the Universe - The Human Stain - Song for Jolee - Drum Solo (Casey Grillo) - Ghost Opera - Sacrimony (Angel of Afterlife) - Season's End - Keyboard Solo (Oliver Palotai) - Forever et en rappel  Karma - Torn et March of Mephisto